Recherche

Pensées En Blancs Cassées

Tag

sexisme

Les questions LGBTQIA+ et nous

Même si ce post porte sur les questions LGBTQIA+, je ne vais pas ici parler POUR les renoi.e.s LGBTQIA+, iels ont leurs PROPRES voix. J’inclurais quelques liens (pas du tout exhaustif car je ne maîtrise justement pas le sujet) en dessous de voix afro à suivre pour les personnes intéressé.e.s.

 

Le mois de Juin est là et c’est le mois de célébration des fiertés LGBTQIA+ (Lesbiennes, Gays, Bi, Trans, Queer, Intersexe, Asexuel). Une occasion pour célébrer nos renoi.e.s LGBTQIA+ oppressé.e.s dans nos communautés en Afrique comme dans les diasporas et dans les sociétés négrophobes.

 

hqdefault
Le drapeau LGBTQIA+ à la sauce du féminisme noir

 

Je trouve que c’est un bon moment pour nous les cis et les hétéra (hétéro) de se remettre en question pour amorcer (ou continuer voire améliorer) une réelle aide pour les renoi.e.s concernées et être de meilleur.e.s allié.e.s.

Dernièrement je pensais énormément au faite qu’entre cis, hétéra, hétéro renoi.e.s, nous ne parlions pratiquement jamais de l’hétéronormativité (oui WIKI est votre ami). Et puis surtout que nous avions des manières archi bancales de soutenir les afro oppressé.e.s : on like des tweets, on retweete, on like des post Instagram, des post Facebook, peut être éventuellement on partagera un post de Laverne Cox pour faire genre ou encore on mettra un #blacktranslivesmatter en couverture facebook.

Mais non, on assistera pas à leurs défilés, à leurs réunions ouvertes au public, on prêtera pas attention aux violences verbales, physiques et mentales homophobes et transphobes de notre entourage au quotidien parce que l’on considère que ça ne nous concerne pas. Ça rappelle un peu cet article hein. La vérité est que toute personne privilégiée (voire dominante) agit de la sorte envers les dominé.e.s que ce soit de manière intentionnelle ou non (même si je pense perso qu’il y a beaucoup d’intentionnalité et de responsabilité).

Pour réellement aider nos autres, on doit ne plus se taire lorsque nos proches ont des propos anti-LGBTQIA+. On doit supporter les renoi.e.s concerné.e.s, les associations et les organisations moralement, physiquement (en mode tu les touches, tu as affaire à nous, iels doivent pouvoir compter sur nous) financièrement dans la mesure de nos possibilités et de nos limites (je pense ici aux personnes non valides par exemple qui ne peuvent pas toujours être investies comme iels le souhaitent à cause de leurs maladies et/ou de leurs handicaps). On doit développer nos connaissances sur ces sujets, faire des recherches (Google/WIKI est notre ami), se défamiliariser de l’idée coloniale selon laquelle les questions LGBTQIA+ sont des histoires de babtou (c’est sympa pour les afro et les kainf LGBTQIA+ et les chercheur.e.s africain.e.s qui bossent sur ces sujet …) ou encore des idées hétéronormatives, homophobes et régressives que ce sont des questions anormales, inhumaines menant à la destruction de l’humanité.

01
Photo prise au Nigéria lors d’un match de foot : « Nigayria (jeu de mot Nigéria et gay) arrêtez l’emprisonnement » « l’homophobie n’est pas africaine, la liberté est morte »

 

Après tout, si libération afro il doit y avoir, c’est une libération de toutes les personnes afro qu’il faut considérer, les LGBTQIA+ renoi.e.s inclus. Si tu penses que la libération afro doit se faire uniquement pour les renoi.e.s hétéro et cis comme toi et moi c’est qu’il y a déjà un soucis et que tu es oppressif. Pourquoi ? Parce que tu tries ta propre team. Tu décides de trier qui a le droit à la libération et qui ne l’a pas. Seul.e.s certain.e.s personnes ont le droit à la libération pour toi, celles qui te ressemblent. C’est pour ça que lorsque l’on dit que les hommes cis hétéro noirs sont les hommes blancs des communautés afro (en anglais sorry), je suis d’accord mais surtout je me demande et les femmes cis hétéra noires ?

Les femmes cis hétéra sont-elles alors les femmes blanches des communautés afro au regard de l’hétéronormativité, des questions LGBTQIA+ ?

 

En tant que femme cis hétéra noire moi-même je me questionne car je remarque qu’entre femmes noires cis hétéra nous ne parlons jamais des questions LGBTQIA+ et encore moins de l’hétéronormativité, qui pourtant nous concerne pour la plupart (hello les femmes aromantiques, demiromantiques, asexuelles, les (aspirantes) mamans célibataires, les polyandres …).

Je trouve que nous avons une forte part de responsabilité dans la négligence et l’invisibilisation des renoi.e.s LGBTQIA+. C’est notre faute et l’on conforte les idées homophobes (en renforçant la sexualisation des couples lesbiens par exemple), les idées transphobes (en ne considérant pas les femmes trans comme des femmes comme nous), les idées hétéronormatives (en pensant qu’il n’y a que deux genres : femme et homme). Dans notre sexisme intériorisé et notre dégueulasse attachement à l’hétéronormativité, nos focus et nos réflexions se basent pratiquement QUE sur les hommes. Rare dans mon entourage sont les femmes ci hétéra capables d’élaborer des réflexions féministes, décoloniales et constructives sans que ce soit en relation avec les hommes cis hétéro. Souvent les discussions, les pensées se font toujours en relation avec les hommes cis, hétéro, on cherche toujours à les associer à nos luttes, à ce qu’ils approuvent nos luttes, à les inclure. A quoi rime cette fixation ? Pour plaire ? Pour faire genre je lutte mais il faut que je reste politiquement correcte pour être acceptable auprès des renois parce qu’at the end of the day je dois pécho, me marier, être validé par des gars en carton?! Yiiiiiiiiiiiiiiiiikes. Penser pour nous mêmes et pour les d’autres personnes que les hommes cis hétéro, c’est possible. Cette fixation me dégoûte personnellement surtout qu’en réalité on pourrait tisser des liens de luttes largement plus fort et de poids avec les afro LGBTQIA+. Lutter contre le sexisme c’est également lutter pour les droits des personnes LGBTQIA+ au cas où vous ne le saviez pas, vous êtes informés.

Les questions LGBTQIA+ permettent non seulement de nous remettre en question par rapport à nos privilèges mais également de questionner nos identités de genre et d’orientations sexuelles que l’on nous a incorporé dès la naissance. Et c’est justement pour ces deux dernières raisons que je pense que beaucoup de personnes ont peur d’être confrontés aux questions LGBTQIA+. Vous avez peur d’être inconfortables et de voir remis en cause des choses sur vous que vous n’avez jamais questionné. Vous avez peur de vous savoir lesbienne, queer, bi, homosexuel… Parce que perso, après avoir pas mal lu sur le sujet et observer les hétéro autour de moi, j’ai pas peur d’affirmer que je pense qu’en réalité les hétéro ne sont pas en majoritaire, que beaucoup ne savent pas qu’iels ne sont pas hétéro (puisqu’iels n’ont pas fait leurs déconstructions) et de même au niveau de l’identité de genre nous les renoi.e.s, nous sommes tellement variées c’est ouf.

Soyez inconfortables en vous plongeant sur ces questions, dites-vous que les afro LGBTQIA+ n’ont pas le choix que de vivre l’inconfort au quotidien à cause de nos phobies à leurs égards.  Egalement ça nous concerne parce que nous devons également essayer de veiller à transmettre des idées qui ne soient pas anti-LGBTQIA+. Si demain il s’avère que votre enfant soit intersexe, asexuel ou encore lesbienne, vous allez faire comment ? Vous allez lui apprendre la haine de soi ? Vous allez le conduire à l’autodestruction ? Et si c’est votre partenaire qui vous informe qu’il est queer ? Votre parent ou un membre de votre famille qui s’avère transgenre ? Vous allez railler cette personne de votre vie alors que vous l’aimez ? Même si ce n’est pas pour vous, penchez-vous sur ces questions pour au moins préserver les relations auxquelles vous tenez. On pense toujours que les questions LGBTQIA+ ne nous concerne pas, que c’est l’affaire des autres alors que très souvent beaucoup sont parmi nous vivent une double voire une triple vie pour que nous ne soyons pas offensé.e.s par leurs identités de genre et leurs orientations sexuelles. Informez-vous, mobilisez-vous, faites des dons, vous sauverez des vies sans vous en rendre compte.

 

Je suis pas une connaisseuse donc je n’ai pas beaucoup de ressources, il n’y a pas beaucoup de liens mais je pourrais en rajouter au fur et à mesure. Pour en savoir plus sur le sujet, suivez directement des personnes concernées.

 

Les liens afro LGBTQIA+ fr à suivre :

 

QITOKO https://www.facebook.com/qitoko/ également sur Instagram

Estelle Prudent https://www.estelleprudent.com/ son exposition #queersuperpower au Centre LGBT y est présente jusqu’au 31 mai.

Badassmaman https://www.badassmaman.com/ également présente sur Instagram

Afrique en arc en ciel Paris sur Facebook https://www.facebook.com/afriquearcencielparis/?ref=py_c

Diivineslgbtqi+ https://www.facebook.com/diivineslgbtqif/

Paris Black Pride https://www.facebook.com/pg/parisblackpride/about/?ref=page_internal

Douala Preston avec sa mini web série Présumée hétérosexuelle sur Youtube dont voici un extrait :  https://www.youtube.com/watch?v=Jp9e1YV7Gno 

 

Afrique :

QAYN: The Queer African Youth Network  premier réseau régional du genre en Afrique de l’Ouest dirigé par des lesbiennes et basé à Ouagadougou https://www.facebook.com/QAYNetwork/ et http://qayn.org/

Pan Africa ILGA, association panafricaine situé en Afrique du Sud pour les intersexes, les trans, les bi, les lesbiennes et les gays : https://www.facebook.com/PanAfricaILGA/?ref=py_c & http://panafricailga.org/

Les Lesbiennes du Cameroun : https://www.facebook.com/Lesbiennes-du-Cameroun-283570858409378/ & http://lesbiennesducameroun.overblog.com/

Q-zine : magazine pour les queers africain.e.s et allié.e.s http://www.q-zine.org/ en anglais et en français, également sur FB

Lez Ka-lour – Lesbian KamaSutra Colouring Book (Kenya) https://www.facebook.com/lezkalour/ & https://kalacompany.com/about/

Namibia Diverse Women’s Association – NDWA : https://www.facebook.com/pg/NamibiaDiverseWomenAssociationNDWA/about/?ref=page_internal

Queer Visual Namibia (sur FB)

Kenyan Queer Questions (podcast) https://www.facebook.com/KenyanQueerQuestions/

& https://soundcloud.com/queer-questions

 

Antilles & Caraïbes :

Kouraj en Haiti   https://www.facebook.com/kourajayiti/ &     https://www.kouraj.org/

 

Amérique latine :

Gay Attitude Guyane Association pour la convivialité, l’intégration, l’épanouissement et la dignité de la communauté LGBT en Guyane française et Amazonie : https://www.facebook.com/Gay-Attitude-Guyane-421580284592082/ & http://gayattitudeguyane.over-blog.com/

 

gaysouthafrica
Fierté gay, fierté noire, je suis africain.e

 

Kel Lam

Publicités

#USTOO #NOUSAUSSI

 

L’heure est grave mais en vrai elle l’a toujours été. Avec le mouvement #metoo, on assiste à une libération de la parole de personnes qui ont été agressées et ou harcelées sexuellement (majoritairement par des hommes blancs cisgenres). Mais j’ai un peu l’impression que c’est un entresoi bab bien que ce soit une renoie qui soit à l’origine du mouvement (whitewashing). Dans cet article, j’ai envie d’ancrer les perspectives du mouvement du #metoo (ou #balancetonporc pour les francophones) dans nos communautés afro. Puisqu’il y a une hypocrisie dont peu de personnes parlent dans nos communautés afro. NOUS AUSSI ne sommes pas safes dans nos communautés, nous aussi nous nous faisons harcelées, agressées, violées, frappées, tuées, assassinées.

Pour les personnes qui veulent déjà faire leur complexe identitaire à se comparer aux babs ou à d’autres communautés racisées, y’a pas de ça ici, mon blog c’est renoi.e.s only, donc les personnes qui éprouvent des crises identitaires et de consciences et qui veulent absolument être en mode mais les bab ceci, cela, c’est ailleurs. On peut se penser nous-mêmes par nous-mêmes pour nous-mêmes et sans comparaisons.

Je fais donc exprès de parler uniquement dans le cadre de la communauté afro et de pointer les personnes cisgenres et hétéro (faisant moi-même partie de la catégorie ci). Je parle de ce que je connais. Je n’aime pas les personnes qui parlent (ou s’approprient) de l’expérience des autres etc donc je ne fais ça non plus.

 a235274fe6ab30c9a7e3c1c11f8e6a91

 

Pourquoi, une perspective spécifique afro des #metoo ? #ustoo #nousaussi

 

Parce que dans nos communautés afro, les violences faites aux femmes quelles soient mysoginoir, coloriste, validistes, homophobes, sexistes, sexuelles, morales, physiques, transphobes, classistes, psychologiques, ou non faites sont archis normalisées. Beaucoup trop normalisées. Elles le sont tellement que nous sommes à un niveau où nous arrivons même plus pour la plupart à exprimer nos violences subies, on se tait, on normalise. Si on parle, on est étrange, on dérange, personne ne comprend que justement c’est tellement normalisé qu’au final beaucoup pense qu’il n’y a pas (voire presque pas) ce genre de violences chez nous. Ça n’existe pas, c’est chez les autres pas chez nous. Ou sinon bah non ce sont juste des exceptions mais ça veut pas dire qu’on est tous pareils kinkinkin. Faux.

 

Je ne compte même pas de fois le nombre de fois que j’ai rencontré des femmes noires âgées méprisées, tournées en ridicule par leurs conjoints parce qu’elles ne savaient ni lire et/ou écrire. Ou encore celles que l’on exploite, que l’on ridiculise auxquelles on soutire de l’argent. Ou encore que l’on traite comme des objets puisqu’elles ont été dotées et doivent être soumises moralement et physiquement à leurs maris. Oui, pas besoin d’aller sur le continent, ça se passe également dans nos communautés afro de la diaspora partout que ce soit en France, en Belgique, au Canada, en Suisse…  On vient sans cesse nous compter que non le sexisme en Afrique (lol…) n’existe pas, les violences contre les femmes n’existent pas chez les renoi.e.s, quand toi-même tu en as été victime, on délégitime pour te dire que les bab aussi sont violents avec leurs femmes ou encore que peut être c’est ta faute. Bah oui, Morray, on mérite que ça nous les sistas, les filles, les mamans, les tantis, on mérite que de se faire violenter. On le mérite parce qu’on ne nous voit même pas comme des humaines, auprès de la gente masculine, nous n’avons même pas une once d’humanité. On ne nous perçoit pas comme des personnes à part entière, nous sommes les sœurs de, les mères de, les filles de, les femmes de… Nous sommes la propriété des autres. Tout le monde se sent à l’aise avec nos corps, ils ne nous appartiennent pas, ils sont les vôtres. Et même lorsque nous nous les réapproprions, vous faites tout pour les récupérer. Diktat du corps, diktat vestimentaire, violences physique, verbales, psychologiques : crédo quotidien.

 

Il n’y a pas si longtemps, il y a eu l’histoire tragique de Mariama à Montreuil. Ne nous mentons pas les renoi.e.s, des Mariama parmi nous il y en a énormément et beaucoup se taisent et ne font rien. Beaucoup sont complices. Puisqu’ici, il faut le rappeler, le silence c’est la complicité, l’inaction et la passivité également. Nous nous faisons insultées, frappées, tabassées, torturées, massacrées, harcelées, violées, tuées, assassinées et cela ne vous dérange pas. Nous sommes vos paillassons. Nous sommes vos serpillières. Tout est passé sous silence. Si nous nous faisons violenter ainsi c’est parce que nous l’avions cherché, vous ne faites que nous corriger, vous faites votre travail. Vous nous remettez sur le droit chemin. Vous nous remettez à notre place : la femme de, la sœur de, la fille de, la mère de … Il faut garder cette respectabilité oppressive pour que vous jouissiez de votre sale masculinité toxique. Après tout pour vous, nous ne sommes pas des personnes, nous sommes des objets, des faires valoirs, des sortes de « mamans » supernaturelles auxquelles il est permis de cracher à la figure, d’exploiter, de baiser et d’en revendiquer la propriété.

 

blm london
C’est une photo qui a été prise dans le cadre de la manifestation Black Lives Matter à Londres et je trouve que le « sayin' » a bien sa place ici.

 

Mais kinkinkin ce n’est pas tous les hommes qui sont comme ça arrête wesh…

 

Vous êtes tous pareils, aussi pire l’un que l’autre et malgré tout vous parvenez à vous convaincre vous-mêmes par je ne sais quelle sorcellerie que vous sortez du lot, que vous êtes meilleurs que les autres. « Non mais moi au moins kinkinkin… », « Non mais moi j’suis pas comme lui… ». Au regret de vous l’apprendre ici, tous les hommes ont une fois au moins exploité des femmes moralement, psychologiquement, physiquement laissant des séquelles à ces dernières. Des séquelles si profondes que les femmes afro ont totalement normalisées ces comportements depuis l’enfance. Beaucoup ne parviennent pas à s’en défaire, à s’en déconstruire. Il n’y a qu’à regarder souvent la manière dont nos mères reproduisent le schéma patriarcal oppressif en nous forçant à nous ranger dans les cases de propriété des pères, des maris et de suivre la ligne de conduite respectable à suivre. Beaucoup d’entre nous se disent OK, l’on souffre mais ce n’est pas si grave. Combien de femmes afro peuvent aujourd’hui avouer à quel point les relations avec le genre masculin et/ou hétérosexuelles ont complètement endommager nos santés mentales et nos équilibres morales ainsi que psychologiques ? Parce que oui, tout a une conséquence. Malgré tout, nous minimisons les violences que l’on subit. On se tait. Nous devons être fières, fortes, on ne doit pas laisser tomber nos familles (parfois si toxiques) et notre communauté (tellement toxique également), elle repose sur nos épaules. (image)

Si on parle, on raconte nos réalités, on se fait lynchées, c’est que l’on ne souhaite pas le bien de notre communauté. On exagère, on en fait trop.  On est forcés de côtoyer nos oppresseurs, de soutenir nos agresseurs, d’être en cohésion avec nos violeurs, d’apaiser nos moralisateurs et de rester aux côtés de nos abuseurs. Ces derniers très soudés entre eux. Rarement, voire jamais vous ne verrez un renoi dénoncer son ami homme ou son frère homme à cause d’un abus moral, sexuel ou psychologique qu’il a fait sur une femme noire. Non, ils en discuteront deuspi en lâchant au final un minable « ah c’est chaud quand même ». Ou au pire, ils en riront comme des vrais porcs qu’ils sont car ils n’en voient pas la gravité. Combien d’hommes afro ont des potes violeurs ? abuseurs ? pédophiles ? Combien ont des frères qui agressent sexuellement des femmes noires ? Et surtout combien le savent, sont au courant et décident de se taire, solidarité pénis oblige. Combien d’imbéciles ne se checkent même pas eux-mêmes, sur leurs propres actions et leurs propres paroles parce que kinkinkin non mais j’ai des sœurs, j’ai été élevée par ma mère, non mais euuh j’aime les femmes, kinkinkin moi je respecte LA femme africaine … En oubliant que cela n’est pas un antidote contre le sexisme, tu peux même avoir 1 milliard de sœurs, avoir été élevé par 20 000 mères, être fasciné par les femmes africaines qui ont fait l’Histoire, te dire panafricain ou te dire pro féministe, tu peux être un violeur, un agresseur, un abuseur (et ce même auprès de ta mère et tes sœurs que tu prétends tant aimé).

 

On n’a pas besoin d’hommes afro qui brandissent constamment des femmes noires chargées, dénudées ou des femmes noires robot multitâches pour valoriser les femmes afro et montrer à quel point nous sommes fortes. On s’en fout de ça. On s’en fout des post insta en mode je ne sors qu’avec des renoies, des posts fb censés nous valoriser qui nous rabaissent totalement en réalité, de vos vieux tweets, des threads male tears en mode miskina les gos souffrent on n’est pas gentils. On le sait déjà. On veut des vraies actions. On veut de la sensibilisation. Sensibilisez-vous. Agissez. Quand vous trainez H24 avec vos potos à la con, sensibilisez sur les questions de consentement, de viol, d’harcèlement sexuel, d’abus moral, psychologique… Lorsque vous êtes au courant d’un cas sexiste ou de quelconque autre acte grave, ne restez pas silencieux, ne soyez pas complice, dénoncez. Même si c’est votre père, votre frère, votre poto, votre gars sûr ou je sais pas quel autre con, intervenez et dénoncez le. Arrêtez de jouer les meubles. Et je vous le dis que vous l’acceptiez ou non, même vos mères, grand-mères et ancêtres ont vécu et/ou vivent actuellement les abus, les traumatismes que nous vivons.

 

leymah

 

Miskina les sistas, vous voyez pas comment l’on fait pitié. Vous ne remarquez pas qu’à chaque fois qu’une sista décède ou est violentée, les seules personnes à s’y intéresser, c’est nous. Déjà l’an dernier au rassemblement pour Aissatou organisé par le collectif #Plusjamaisça malgré le fait que ce soit une renoie qui ait été tué, la majorité des personnes présentes n’étaient QUE des femmes, surtout des femmes noires. Les oppresseurs, les agresseurs, les hommes noirs étaient les grands absents. Et à raison, puisqu’il ne s’est rien passé, c’était juste la vie d’une négresse qui a fait son temps. On est toutes dans le même lot les sistas. Même si vous avez peur d’en parler, essayer d’oser. Faites attention en toutes circonstances. Soyez attentives à vos autres sistas, à vos tanties, à vos mamans, à vos grands-mères, à vos poto non binaires (pas seulement cis). Personne ne se souciera de vous-mêmes plus que vous-mêmes, le dehors est très sale. Beaucoup plus sale que ce qui tourne sur les réseaux sociaux.

 

Trop de non-dits. La honte doit changer de camp. Be Loud. Speak Out.

 

anigif_sub-buzz-31545-1520264946-3

 

 

Kel lam.

#LapolicefrviolenteaussilesnoirEs

 

 

Cela faisait un moment que je voulais écrire un article à ce sujet mais faute de temps, j’ai toujours décalé l’écriture et la publication de cet article qui me tient pourtant à cœur : les violences policières sur les femmes racisées, et plus particulièrement les femmes noires en France. Pourquoi ? Parce que rare sont celleux qui en parle et il n’existe pratiquement aucune manifestation ou révoltes des quartiers à la suite de violences policières subies par les femmes noires contrairement à ce qui est fait pour les hommes noirs. Un fait qui faisait la une il y a un peu plus d’un an m’avait interpellé, mais cela ne vous a peut-être pas interpellé. Ou peut-être que vous l’avez remarqué mais que vous êtes restées silencieuxs.e.s dans votre coin. Vous vous souvenez de cette affaire de l’enseignant-chercheur de la Sorbonne Guillaume Vadot qui portait plainte contre « abus d’autorité, violences volontaires aggravées, agression sexuelle aggravée, menaces, injures publiques et vol » en septembre 2016 ? Voici un article qui traite du sujet pour vous rafraîchir la mémoire au cas où : ici. Est-ce que vous vous souvenez de l’élément déclencheur de l’agression qu’a subi ce professeur ?  Exacte. Peu, s’en souviennent (je fais la go, oklm, y’a rien). Ce professeur s’est fait insulter et agressé de la sorte parce qu’il était en train de filmer une agression policière sur une femme noire de 31 ans :  Marie Florence G (je n’ai pas trouvé son nom de famille, peut-être qu’elle veut rester anonyme…). Cette dernière criait de douleur tout en étant menottée entourée de nombreuxs.e.s policièr.e.s selon le deuxième témoin qui a filmé la scène, Maurice Makwala. Il existerait donc des preuves vidéos de l’interpellation violente à laquelle à fait face Marie Florence G. Et pourtant tout au long du suivi de cette affaire, son nom n’a jamais été évoquée et la violence dont elle a subi non plus. L’attention s’est focalisée massivement sur les violences qu’ont subi le professeur (privilège blanc ah) et Maurice Makwala (privilège d’homme ah). Je voulais partir sur ce point de départ pour montrer à quel point l’invisibilisation des violences policières sur les femmes noires est conséquent. Dans cet exemple-là, on peut voir que même si l’on a des preuves solides, des témoignages et des vidéos, cela ne choque pas et n’intéresse pas le fait qu’une femme noire soit violentée par la police. On peut voir le même traitement dans l’affaire de 2015 lorsqu’un groupe de 18 lycénn.e.s racisé.e.s ont portés plainte pour violences policières. Dans les médias, les voix qui étaient misent en valeur étaient celles des garçons comme on peut le voir ici. On voit que les voix féminines racisées ne comptent pas.

 

Nouvelle image bitmap

 

Et plus une femme noire sera à l’intersection des discriminations, plus on se fichera de son vécu et par conséquent des violences policières qu’elle a subi. C’est le cas par exemple des femmes noires pauvres et réfugiées de Calais, dans le Nord de la France qui subissent régulièrement le comportement violent de policièr.e.s. Il est su depuis cette année grâce au rapport rendu publique par l’organisation Human Right Watch, que les violences policières envers les migrant.e.s renoi.e.s à Calais sont quotidiennes. QUOTIDIENNES. Certaines femmes se sont d’ailleurs plusieurs fois plaintes de viol de la part des policièr.e.s. il y avait par ailleurs le témoignage d’une soudanaise noire qui s’était plaint d’avoir été violée par un policier (j’avais trouvé l’article l’an dernier mais il a disparu comme par magie, j’ai seulement le titre : IMMIGRATION. Le fonctionnaire nie avoir abusé d’une jeune Soudanaise qu’il devait accompagner dans un centre de réfugiés-si jamais quelqu’un.e arrive à le retrouver). En plus, du fait qu’elles se fassent harcelées, agressées sexuellement voire violées sur leur camp malgré la répartition en non mixité des tentes, elles ont en plus à confronter les violences policières. Mais bon vu que ce ne sont pas des Théo, ça n’intéresse pas.

 

Parce que la découverte de la culture du viol ne s’est pas faite avec l’affaire Théo pour beaucoup d’entre nous. Il existe en réalité pas mal d’histoires de viols de policiers sur des femmes racisées. Comme celle-ci par exemple. Celle d’une racisée violée par un policier lorsqu’elle était en cellule de dégrisement dans les Yvelines: ici. Il existe d’autres ici dont la race des femmes n’est pas mentionné :  ici et ici.

Ou encore cette femme racisée et non valide qui a été violentée par les policièr.e.s : http://www.bfmtv.com/police-justice/paris-une-mere-de-famille-sourde-et-muette-accuse-des-policiers-de-l-avoir-violentee-1232129.html . Celle-ci également n’aura révolter personne également malheureusement.

Egalement dans le Tumblr Paye Ta Police, il y a pas mal de témoignages de femmes racisées qui dénoncent les violences policières qu’elles ont subi. Pas seulement celles de l’ordre du harcèlement ou de l’agression sexuelle mais également celle d’ordre psychologique et morale.

Comme celle là:

 “Bah c’est bien, ça vous fait un peu de changement, pour une fois que vous n’êtes pas à mendier ou faire mendier vos enfants dans le métro.” Le policer, à qui une jeune femme Rom expliquait avoir été battue à mort par son ex-conjoint, lors d’une tentative de dépôt de plainte pour violences conjugales . Il a finalement refusé de prendre la plainte.

Ou encore celle-ci:

“Une fois ça t’a pas suffi, tu en veux encore sale pute? Tu aimes te faire baiser comme une sauvage comme chez toi c’est ça?” En sortant de soirée, un homme m’a agressée et violée contre un grillage. Il m’avais menacée d’un couteau si je me débattais. J’étais terrorisée. J’ai mis une semaine pour m’en remettre et porter plainte. Au commissariat, dans le bureau j’étais seule avec le policier. Il m’a regardée d’un air sinistre, et m’a dit “Une fois ça t’a pas suffi, tu en veux encore sale pute ? Tu aimes te faire baiser comme une sauvage comme chez toi c’est ça?” En me mettant sa main entre mes jambes et en me touchant. C’était lui qui m’avait violée… j’étais pétrifiée. Il m’avait traitée de sauvage car je suis maghrébine. J’ai essayé de mettre fin à ma vie car j’avais peur de sortir de chez moi… J’ai déménagé et sors peu… je ne fais plus confiance à personne…

 

Et je voulais finir par deux affaires plus récentes, celle de Marie Reine, une femme noire qui s’est faite insultée et agressée par des policièr.e.s mysoginoiristes dont l’histoire figure ici, vous pouvez également trouver son pot commun ici.

P6dZU-mr-baniere-crowddd

 

La militaire guadeloupéenne Morgane Blanchet, victime d’harcèlement moral et sexuel dans son camp militaire en printemps 2016, le témoignage de la concernée est ici. A soutenir impérativement! Actuellement, elle a tout perdue, est précaire et vit dans un foyer. Elle a porté plainte au printemps 2017. J’ai pas trouvé de pot commun pour son cas, si il y en a qui trouvent, qu’iels fassent signe.

téléchargement
Morgane Blanchet

 

Bien sûr ce ne sont pas toutes les violences policières commis sur des femmes noires et racisées qui sont mentionnées ici. Je n’en ai sélectionné que quelques-unes parmi le lot (Google est votre ami). C’était surtout pour montrer que OUI les violences policières contre les femmes noires existent et qu’elles sont largement invisibilisées. Surtout celles qui décident de parler (car on peut comprendre qu’on ait pas d’information de celles qui n’osent pas parler). Et également un article pour inciter à toutes les femmes racisées de faire attention à la police surtout dans le cas où vous pensiez que vous ne pouviez jamais être victime de violences policières parce que vous êtes une femme. L’imaginaire collectif tendant à penser que les violences policières ne soient faites que sur des hommes racisés est à déconstruire. Les femmes noires en France ne bénéficient même pas d’hastag personnalisé pour parler de leurs expériences violentes avec la police du genre #JusticepourThéo et encore moins un hastag genre #Sayhername (comme aux US) pour visibiliser les violences policières faites aux femmes noires. Elles bénéficient encore moins de mobilisation forte (contrairement aux hommes noirs) lorsque ça les concerne. La solidarité afro a ses limites. Personne ne s’intéresse à nous, personne ne marche pour nous. Soyons vigilantes, entraidons-nous et supportons-nous.

Et n’oubliez pas de soutenir Marie Reine avec son pot commun et également Morgane Blanchet !

 

 

 

Kel Lam.

Les résistantes camerounaises : invisibilisées et pourtant largement au dessus du game

 

 

Nous, les kainf ont à tendance à affirmer que les femmes africaines ont toujours été dans le combat anti-esclavagiste et anti-colonial et pourtant lorsqu’il faut sortir des exemples, ça bégaie. Alors pour les gent.e.s qui bégaient moins, iels vont en général te sortir quelques noms que l’ont connait tout.e.s à peu près mais sans savoir l’ensemble des combats concrets de ces personnalités comme par exemple les Amazones du Dahomey, la Reine Nzinga de l’actuel Angola…. On va te sortir « Reines d’Afriques », « les femmes fortes d’Afrique », des images sans noms, des bribes de récits sans histoires personnelles, on va tout cacher en magnifiant un imaginaire. Elles faisaient ci, elles faisaient ça, elles sont comme ci, elles sont comme ça… Mais qui sont-elles en réalité ? Personne ne sait. Des noms ? Des biographies non enjolivées ou floues? Peu de gent.e.s en ont sur les résistances africaines. On va donner toujours des exemples dans des luttes anciennes (bien qu’actuelles), lorsqu’il s’agit de parler de figures féminines dans des luttes plus récentes y’a presque rien qui sort, on va peut être parlé de Miriam Makeba ou encore de Djamila Bouhired mais ça part souvent en kinkinkin non mais y’a aussi Angela Davis, des femmes des Black Panthers, Rosa Parks….

Bref, très peu sur les Histoires coloniales contemporaines africaines et le rôle des femmes dans ces Histoires.  J’continue ici encore avec mon joli pays le Cameroun.

Personne ne parle des femmes camerounaises dans les combats anticoloniaux ou ne brandit de figures féminines à idolâtrer car peu de personnes connaissent les Histoires des femmes camerounaises. Surtout celles durant la guerre coloniale avec les Français.e.s (parce que oui les femmes blanches étaient aussi dedans).

Cette Histoire ci-dessous ne trouve pas sa centralité exclusivement dans le Sud Cameroun même si cela peut le paraître puisque l’organisation dont je vais parler était essentiellement basée là-bas. En effet, des femmes camerounaises de provenance de toutes les régions du Cameroun se sont ensuite ralliées à leur cause. Bien sûr, il existe d’autres Histoires féministes durant la résistance coloniale comme celles des femmes Anlu du Nord-Ouest du Cameroun qui ont effectuées de nombreuses marches pacifiques pour l’indépendance mais aussi pour la réunification du Cameroun.

Comme je l’avais mentionné dans l’article précédent Marthe Moumié fût (et est encore) une personnalité anticoloniale majeure au Cameroun bien qu’oubliée aujourd’hui. Elle fit partie à seulement 18 ans de la création de l’UDEFEC (l’Union démocratique des Femmes Camerounaises), une organisation politique de résistance de femmes camerounaises. Cette organisation était composée exclusivement de femmes anti impérialistes. Oui, la non-mixité politique n’est pas une invention occidentale. Il est important de souligner que l’UDEFEC était crée en 1947 en tant qu’organisation politique autonome pratiquement au même moment que le célèbre parti de l’indépendance l’UPC (Union des Populations du Cameroun). L’organisation indépendante et féministe camerounaise s’est ensuite affiliée à l’UPC en gardant son statut autonome lorsque la résistance armée dans la durée fût imminente. Mais l’UDEFEC avait tout de même son propre financement, sa propre stratégie et sa propre lignée politique.  A noter qu’au même titre que l’UPC, l’UDEFEC aura des soutiens de femmes de camerounaises en provenance de toutes les régions du Cameroun.

Leur statut politique consistait en plusieurs articles concis. Leur siège de l’organisation était à Douala. Les principaux axes de leurs luttes étaient la défense des familles camerounaises quant aux droits matériels, moraux, intellectuels et culturels, la défense des droits des femmes sur le plan économique, social et civique. Il fût acté que l’organisation serait exclusivement féminine mais n’avait pas pour optique de ne contenir seulement des camerounaises puisque l’on peut penser selon les dires de la militante Marthe Moumié que ces dernières avaient une optique de libération panafricaine également. Leur statut politique a été adopté en 1952 par l’Assemblée constitutive à Douala à l’unanimité par les cadres de l’UDEFEC qu’étaient : Mbem Emma Gisèle, Kamen Monique, Teck Cécile, Ngapeth Marie –Irène, Marthe Ouandié et Meido Marie.

marthe ouandié
Marthe Eding, son mari était Ernest Ouandié

 

Elles étaient toutes jeunes, la vingtaine comme Marthe Ekemeyong (Moumié, le nom du mari) qui avait à peine 18 ans ou encore Marie Ngo Biyong (Ngapeth, le nom de son mari) qui en avait 26. Elles sont particulièrement connues pour avoir envoyées dès 1949 envoyées plus de 1000 pétitions au Conseil de Tutelles des Nations Unies pour réclamer l’indépendance totale des populations camerounaises mais aussi plus tard la réunification des territoires camerounais. Elles ont aussi financées l’éducation de celleux qu’elles percevaient comme leurs futur.e.s dirigeant.e.s du Cameroun. En effet, l’UPC avait mis en place une école censée former les prochain.e.s cadres du parti mais aussi du pays. Il y avait ainsi 5 femmes diplômées de l’UDEFEC de « l’Ecole des Cadres » : Marie Ndjat, Marie-Irène Ngo Biyong, Marthe Eding, Gertrude Omog et Marthe Ekemeyong.

Les femmes de l’UDEFEC ont rejoint l’Armée de Libération nationale du Kamerun lorsque la résistance armée était imminente de 1955 à 1957. Elles se sont combattues aux côtés des hommes, avec les armes en faisant même plus puisque beaucoup ont cachés des armes voire des documents officiels sous leurs vêtements (nos célèbres kabba ngondo ❤ ) au risque de se faire prendre. D’autres comme Marie Ndjat, ont mené des charges contre des préfectures afin de faire libérer leurs camarades emprisonné.e.s. Aussi, parmi les femmes de l’UDEFEC, certaines sont parties à l’étranger pour avoir de nouveaux acquis à utiliser sur place contre les colonialistes et les impérialistes. C’est le cas de Gertrude Omog qui est parti en Russie afin d’apprendre à piloter des avions de combats ainsi que le métier de parachutiste. Aussi, au même titre que Ruben Um Nyobe, Madame Ngapeth Marie Irène née Ngo Biyong a été chargée d’aller défendre le dossier du territoire camerounais (réunification), auprès de la quatrième commission de tutelle de l’Organisation des Nations Unies à New York aux Etats-Unis.

Le mouvement de l’UDEFEC fût interdit en 1955 en même temps que l’UPC par décret du gouvernement français de l’époque. Les deux organisations poursuivront tout de même leurs activités politiques dans la clandestinité, même si deux ans plus tard l’UDEFEC sera définitivement dissoute puisque la majorité des membres, surtout cadres, seront forcé à l’exil au Soudan en 1957. En dépit de cette dissolution, beaucoup continueront le combat de manière individuel ou collectivement. C’est cas par exemple de la plus connue, Marthe Ekemeyong.

marthe moumié
Marthe Ekemeyong, une des plus grande militante anticoloniale camerounaise

Marthe Ekemeyong généralement réduite au statut de « l’épouse de Félix Moumié » est pourtant une figure emblématique de la résistance anticoloniale camerounaise, a publié des ouvrages dans lesquels elle raconte ses mémoires, ses témoignages de militante. Elle a aussi reçu au cours de sa vie le soutien d’autres figures anticoloniales comme Gamal Abdel Nasser, Kwame Nkrumah, Ahmed Ben Ballah qui a d’ailleurs préfacé un de ces livres mémoires  (et aussi a aidé énormément de résistant.e.s camerounais.e.s <3) ou encore Sékou Touré qui lui avait d’ailleurs accordé à elle et son mari la possibilité d’un asile politique en Guinée, un peu avant l’assassinat de Monsieur Moumié.

Malgré son combat qui reflète le combat de nombre de femmes camerounaises et africaines dans l’ensemble, les reconnaissances envers l’apport des femmes dans les luttes anti coloniales au Cameroun mais aussi en Afrique sont restreintes. Les femmes résistantes camerounaises sont totalement invisibilisées et pourtant se sont énormément battues et ont beaucoup souffert pour l’ensemble des populations camerounaises. Elles subissaient en plus des violences physiques, morales et psychologiques de la part de la part des colons français.e.s , les mêmes violences physiques que les hommes. Elles étaient régulièrement menacées de mort ou d’enlèvement de leurs enfants (voire enlèvement définitif de leurs enfants). Parfois enceintes de leurs violeurs blancs, les bébés métis étaient aussi parfois enterrés à peine né.e.s. Elles ont été battues, torturées, violées, maltraitées, emprisonnées voire assassinées et ce quelque soit leur état, qu’elles soient valides ou non, enceintes ou non. Cependant, même en subissant toutes ces sévices et en se battant aux côtés des hommes, elles contribuaient à fournir l’apport ménager nécessaire et indispensable de la lutte pourtant souvent négligé lorsque l’on parle de lutte armée : elles effectuaient les repas, les tâches ménagères, les récoltes, le marché, elles s’occupaient des enfants et jouaient un rôle moral et psychologique pour elles-mêmes ainsi que pour les hommes engagés dans la lutte.

Elles ont su montrer par ailleurs qu’une libération décoloniale se conjugue forcément avec le genre, en incluant les questions féministes dans leur projet politique anticolonial. Et pourtant, aujourd’hui beaucoup qui se pensent pour la libération des noir-e-s dans les diasporas comme en Afrique ne prennent pas en compte ces questions de genre qui étaient si chères aux résistantes anticoloniales africaines. Déplorable, vraiment. C’est une insulte à leurs mémoires. Cela s’observe notamment par la considération et la place faite aux femmes dans nos milieux militants révolutionnaires noirs, africains, panafricains. Les conditions féminines des femmes noir-e-s en Afrique et dans les diasporas sont complètement négligées ce qui est défavorable à notre émancipation, notre émancipation et notre protection. En démontre notamment le féminicide dont a été victime Marthe Ekemeyong à l’âge de 78 ans, violée, battue, étranglée et laissée morte à son domicile. Mais aussi l’invisibilisation criant des femmes camerounaises dans les Histoires des luttes politiques du pays.

Il serait grand temps que ça change.

 

 

Kel Lam

Friendzonage & Gars Frustrés aux Egos Fragiles

 

Le concept de friendzone m’énerve et donc j’ai envie d’en parler.

On l’entend partout. On voit régulièrement des articles fleurir à ce sujet (dont celui-ci ahah), des sons, des tweets, des posts, des sortes de sketchs pseudo-comiques… La plupart des gent.e.s finissent même par croire au fur et à mesure que c’est un concept réel. C’est tellement populaire que c’est devenu courant dans la vie de tous les jours. Surtout chez les hétérosexuell.e.s (et surtout les teubés de mecs cis lààààà) du moins les exemples de friendzonages et autres bêtises assimilées à ce concept sont pris en général chez des personnes cis hétérosexuell.e.s. Pour faire court, c’est un sujet qui serait drôle. On en rit, on se moque, on en parle. Vous comprendrez que je me situe dans cet article dans les exemples exclusif de relation hétéro parce que c’est ce que je connais.

 

Escape-the-Friend-Zone-Step-5
Un vieux gars qui se friendzone parce qu’il a le seum qu’une fille gère un autre gars que lui.

Mais de quoi se moque parle-t-on réellement ?

A croire un peu tout le ramassis que l’on peut faire autour de soi et sur Internet (oui Google est notre ami) concernant cette bêtise, la friendzone est une sorte de zone grise dans laquelle une personne se trouve (souvent un gars cis hétéro – d’où le nombre de sketchs excessifs réalisés par ces derniers pour illustrer leur frustation- archi pathétique) lorsqu’elle est intéressée sexuellement ou amoureusement par une personne  qui ne la considère sous aucun de ces deux aspects. Ce qui est aussi à noter et qui est intéressant et que la friendzone se « déclare » par la personne elle-même et n’a pas réellement de point de départ au sens où cela ne se déclenche pas forcément au moment où la personne B (qui n’a pas d’intérêt amoureux ou sexuel) exprime un non intérêt sexuel ou romantique. C’est la personne A qui détermine la friendzone et la place affective qu’elle a auprès de la personne B au détriment de ce que peut ressentir ou penser la personne B. Cela survient donc en ne prenant pas en compte l’avis exprimé (ou non) et ressenti de la personne B. Sérieusement, quand prend-on en compte l’avis de la personne B dans cette affaire ???

Ah, j’espère que jusque-là vous voyez en quoi cela est problématique ? Oui, le concept des gars frustrés aux ego fragiles autrement dit friendzone ce n’est que le prolongement de la culture du viol qui persiste aujourd’hui dans nos sociétés occidentales. Les gent.e.s qui sont en mode késako culture du viol? Faites des recherches, Google est votre ami, si c’est facile de googoler (or whatever you say…) Beyoncé, c’est aussi facile de googoler la culture du viol. Mais en bref, c’est le fait que l’on soit dans une société dont la culture favorise, approuve voire conforte fortement les pratiques et les attitudes qui conduisent au viol. Là y’en a dernière l’ordi qui sont en mode, mais elle est cheloue, elle ? C’est quoi le rapport avec la friendzone ? Justement c’est TOUT le rapport avec cette histoire de gars frustrés qu’est la friendzone.

Là c’est le moment où j’hétéronormatise à fond puisque ce concept est le fruit de l’hétéronormativité (google est ton ami), il faut prendre des exemples en conséquence de cause. Cette connerie de concept d’ego fragiles qu’est la friendzone néglige totalement le consentement des femmes dans les relations hétérosexuelles. Cela veut dire qu’après même que la femme ait exprimé, clairement, qu’elle n’avait aucun intérêt sexuel ou amoureux pour le mec, ou d’ailleurs comme on l’a dit avant même sans expression d’opinion, le gars se croit de droit de déterminer par lui même une position affective et ou sexuelle auprès de cette même femme. Il se donne cette position en se qualifiant de friendzone, qu’il s’est auto-attribué en imposant sa vision de sa relation qu’il entretient avec cette femme. Il impose ses désirs, il prévaut ses aspirations sexuelles et romantiques sur ceux de la femme. Il refuse d’accepter le « NON » de la femme, le transformant en cette zone grise qu’est la friendzone. En gros, le gars trouve pas normal qu’on lui dise non, puisque de fait, les femmes sont censées être toujours des personnes accessibles et offertes aux hommes et qui ne peuvent sous aucun moyen dire non. Elles finissent forcément par dit oui, elles ne peuvent dire non aux hommes. Et même lorsqu’elles disent non, bah souvent ça veut dire oui, faut juste attendre un peu hein.C’est là tout le raisonnement et le pourquoi de la dangerosité de ce concept de gars frustrés. Accepter qu’une bêtise comme le friendzonage puisse exister c’est refuser aux femmes leur libre disposition sexuelle et affective de leurs corps et de leurs esprits. On le leur refuse parce qu’elles sont forcément à la disposition des hommes.

 

 

friendzone
Photo d’une étudiante à une manifestation « Stand With Us » contre la culture du viol à l’université. « Salope » est une manière de dénigrer les femmes sur leur droit de dire OUI. « Friendzone » est une manière de dénigrer les femmes sur leur droit de dire NON.

 

Pourquoi le concept de friendzonage est dangereux ?

 

En plus, que cela est une grave attitude qui favorise la culture du viol, cela aboutit instantanément à une violence exercée envers les femmes. D’où le déferlement d’insultes, de critiques ou de remarques désobligeantes à l’encontre des filles qui auraient soi-disant friendzoner des gars frustrés de s’être manger un NON. Mais aussi il est dangereux d’avoir dans son entourage une personne frustrée à l’égo fragile qui s’autofriendzone. Puisque vous le savez aussi bien que moi, les mecs cis hétérosexuels qui peuvent réellement être amis avec le genre féminin, y’en a vraiment pas beaucoup. Bon nombre d’entre eux ont grandi en apprenant à sexualiser voire hypersexualiser et à romantiser les corps, les attitudes et les pratiques des femmes. Du coup, tout comportement physique ou moral (ou pas forcément d’ailleurs) affectueux, amical que vous pourriez entretenir avec ce frustré pourra être perçu par celui-ci  comme une avance sexuelle ou amoureuse. Parce que dans leurs têtes d’égos fragiles, si elle le tient le bras ça veut dire qu’il y a moyen, si vous faites du shopping ensemble ça veut dire qu’il y a moyen, si elle s’habille court lorsque vous vous voyez bah oui ça veut dire qu’il y a moyen. Frustration & culture du viol puissance x 10.000.

54sb27
La « friendzone » n’existe pas. Soit on vous kiffe, soit on vous kiffe pas. Arrêtez d’utiliser le terme « friendzoner » pour cacher le fait qu’on vous kiffe pas.

Donc je rajouterais juste une couche (miskinaa les go, je voulais pas vous déprimer comme ça mais OKLM) sur la dangerosité de ces gars cis hétéro frustrés parce que justement ce sont des hommes cis hétéro frustrés et tout le monde sait que ces êtres maléfiques peuvent être dangereux. Il est su aujourd’hui que la majorité des femmes qui se font agressées sexuellement, le sont par des hommes et surtout des hommes qu’elles connaissent. Ce sont en général des hommes qui leur sont proches, dixit le gars frustré qui s’invente une vie en se friendzonant. Donc là aussi malheureusement, il faut faire attention. Faites gaffe à vous les femmes.

Et non, on va pas masser les égos fragiles des gars frustrés et renforcer la culture du viol en continuant de bavarder de cette connerie de friendzonage, CA N’ EXISTE PAS, POINT FINAL.

 

96f383c2f4b8339bae29f63333434147
J’ai besoin du féminisme parce que le concept « friendzone » se matérialise. Si une fille ne veut pas sortir avec toi, elle n’a rien de mal. Ne la diabolise pas.

 

Kel Lam

Les poils c’est beau :)

 

Les poils ! Sujet qui peut sembler étrange mais en réalité la question des poils devrait être régulièrement abordée puisqu’il s’agit d’une problématique esthétique, sociale, politique mais aussi économique pour les noir-e-s adeptes de l’épilation en Occident. Dans le cas ici, je vais aborder de la pilosité sur les corps dit  féminins .

 

 

Dans le monde occidentalo-blanc, plus précisément celui où nous nous trouvons en France, les poils ne sont pas vus comme beaux. Il faut nécessairement cacher les poils, les enlever, ceux du dos, ceux des jambes, des bras, des aisselles, du menton ou encore du ventre. Partout, partout il faut les arracher, les enlever. Ils sont repoussants, impossible à assimiler à nos corps. Les corps féminins  noires sont soumis à de nombreuses injonctions esthétiques qui ne peuvent être conformes à la réalité de nos corps. Pour tenter de se conformer à cet esthétisme blanc, on a le recours constant à différentes formes d’épilation. Epilation qui peut d’ailleurs aggraver la qualité de votre peau. Par exemple, cela entraîne l’apparition de poils incarnés, de tâches foncées ou encore de blessures dû à l’arrachage de poils et/ou peau. Or, les poils dans différents coins d’Afrique noire (ainsi qu’ailleurs dans le monde) sont perçus comme normal voire comme un signe de beauté. Il est ainsi très commun et normal de croiser des femmes très poilues dans des quartiers de Douala par exemple.

Un exemple ici avec cet article en anglais d’une femme nigériane poilue qui vit très bien sa pilosité.

 

unnamed-12

 

Poils qui sont le fait de nos corps et NON le fait des produits éclaircissant ou que sais-je. Parce que oui, IL N’Y A PAS QUE LES HOMMES CIS QUI SONT POILUS.

 

Des articles sur la perception du poil sur les corps féminins : ici et ici.

 

Les poils sont historiquement vus comme beaux dans la plupart des communautés d’Afrique noire. Cependant, l’on a pas du tout intégrer cette vision des poils mais plutôt celui de la beauté blanche occidentale oppressive qui nous inculque que la beauté de nos corps se traduit par un corps imberbe. On peut le remarquer régulièrement dans la représentation des corps féminins par les artistes/peintres noires : où se trouve les poils ? Les représentations artistiques, photographiques ne correspondent en rien à la réalité de nos corps. Où sont nos jambes poilues ? Nos aisselles poilues ? Nos seins poilus ? Nos ventres poilus ? Nos sexes poilus ? De même que nos ancêtres, lorsque les reines  sont représentées, étaient-elles poilues ? Les femmes noires de la période pré-coloniale et/ou pré-esclavage ne sont jamais représentées artistiquement avec des poils.

Tu connais ce genre d’images ou de photos que les kamites prophète du kémitisme de Kemet, que les hommes et femmes noir-e-s cis et les soldates noires du patriarcat bénissent matin, midi, soir. Ce genre d’images, de peintures, de photos fort de colorisme représentants des femmes noires imberbes en général jeunes aux traits eurocentriques qui t’énervent. Toi même tu me sais. On se sait.

 

 

On peut d’ailleurs plus loin que les poils et questionner où sont nos cicatrices ? Nos alopécies ? Nos ablations ? Nos vergetures ? Nos vrais kilos ? Nos tâches ? Nos difformités physiques ? Nos boutons? … On est parfait-e-s avec nos imperfections, si vous appréciez tant les corps noirs féminins, montrez que vous nous appréciez pour ce que l’on est vraiment.

 

 

Joue la comme Mo’Nique, joue la comme Amber Amour!

 

 

 

 

 

Malheureusement la fausse perception que l’on a de nos corps, nous la reproduisons et nous la normalisons ce qui est très dangereux. Puisque s’ensuit des regards diaboliques (vreuument), des commentaires désobligeants, vexants voire des insultes à l’égard des personnes aux corps  féminins  assumant leurs poils. Voyez-vous même le paradoxe et la bêtise.

 

#dixitlespronaturelpronappymaisquinabordentenaucuncaslaquestiondelapilositédenoscorps 

Bêtise que l’on peut chercher loin sur nos corps féminins, vous ne vous posez pas souvent la question  pourquoi vous vous épilez  ? Ou pour qui est-ce que vous vous épilez ? Auxquelles on a souvent des réponses toute faite : « parce que c’est beau », « parce que toutes les femmes le font », « parce que les poils ça ne sert à rien », « c’est dégueulasse ce n’est pas propre ». Des réponses toutes faites et vide de sens. Puisque comme on l’a vu tout d’abord les poils c’est aussi esthétique et beau que le sans poil. Ensuite ce n’est pas parce que vous avez l’impression que tout le monde autour de vous fait quelque chose que vous devez forcément le faire. N’ayez pas peur d’oser suivre vos propres normes esthétiques, teintez vos sourcils, vos poils des aisselles, des jambes ! Puis non, les poils ce n’est pas du tout sur nos corps pour rien. Les poils nous servent vitalement pour notre corps, ils ne sont pas là pour rien. En effet, ils nous servent d’abord de barrière contre les différentes températures (chaud, froid), contre les ultraviolets. Les sourcils et les cils par exemple nous servent de protection contre les différentes poussières qui pourraient entrer en contact avec les yeux. Les poils dans différents endroits comme les narines, les oreilles servent de filtre soit auditif ou d’odeur. Les poils au niveau des aisselles et des organes génitaux, eux servent d’antibactérien (donc limite les infections et autres maladies) et de protection d’odorat et à la conservation de l’hydratation de peau.

 

 

 

 

Les poils c’est aussi un moyen, un outil pour voir que là aussi il y a une domination sociale des regards des hommes cis sur les corps  féminins . Pour la plupart des personnes ayant des corps  féminins, lorsqu’elles pensent à l’épilation c’est tout d’abord pour être bien perçu de ses pairs mais surtout des hommes cis hétéro. De ceux qui l’entourent, de ceux qui lui plaisent ou encore de ceux qui partagent sa vie pour être bien vu mais surtout pour paraître présentable et normal-e.

On peut prendre l’exemple de l’épilation pubienne où se trouve les organes génitaux comme une démonstration que même ce qui a de plus privé sur notre corps (vraiment caché en public pour ce coup-ci lol) est quelque chose de publique. D’où nous vient l’idée selon laquelle il faudrait épiler nos sexes ? Où est ce que l’on apprend que les poils sur le sexe c’est moche ? Que se fait un wax brésilien c’est meilleur, c’est sexy ? Merci la pornographie et le regard masculin. Si nombre de personnes pensent l’organe génital normal lorsqu’il est totalement épilé c’est tout d’abord parce que les premières images et vidéos qu’elles regardent ce sont des représentations d’organes génitaux totalement épilés via la pornographie ainsi qu’images et films érotiques. Bien que beaucoup de personnes peuvent tenter de nier, la pornographie y est pour beaucoup dans la représentation que ce font les corps « masculins » de leurs corps mais aussi les corps féminins de leurs corps. Surtout en ce qui concerne les représentations des organes génitaux, non nos sexes ne sont pas tous pas les mêmes et surtout ne ressemblent en rien aux représentations sociales  qui ne sont en rien réaliste.

 

 

 

C’est aussi une question sociale puisque les poils sont aussi un marqueur de maturité des corps pour la plupart d’entre nous. Donc ça nous amène aussi à nous poser la question du pourquoi cette forte volonté d’un corps imberbe (et donc d’enfant) sur des personnes adultes, matures et généralement forcément poilu. Cela amène à voir que la société française est une société pédophile qui ne se voit pas (#JusticePourCais, où en est-on ?). Il existe une obsession, fétichisation et adoration des corps imberbes, sans poils et plus particulièrement des organes génitaux sans poils qui démontrent un parallèle avec la pédophilie dont beaucoup ignorent. L’épilation pubienne rend le corps féminin comme celle d’un enfant, c’est la banalisation de l’adoration d’un corps de jeune enfant (tous les enfants en général n’ayant pas de pilosité sur une grande partie de leurs corps).  En effet, l’épilation intégrale surtout de zone pubienne pour les corps féminins mène à la ressemblance par exemple d’un sexe de jeune fille. Vous voyez le parallèle pédophile ? Il faut vraiment prêter attention sur ces invidividus obsédés du zéro poil qui fétichisent dur les corps totalement épilés.

 

AH oui aussi l’excès de poils (oui à partir de quand dépasse -t-on le barème de la pilosité normale?), surtout sur les corps féminins est perçu comme un dérèglement, une déviance à  l’ordre normal des organes voire comme un signe de virilisme ou de masculinité. Saviez-vous par exemple que l’hyperpilosité est perçue en France comme une maladie ? Comme un dérèglement, quelque chose d’anormal ? Si vous êtes considéré-e comme atteint-e d’hyperpilosité, vous pouvez être pris-e en charge et soigné-e par des médecins compétent-e-s à l’aide d’intervention et de traitement le tout étant remboursé par la Sécurité Sociale.

 

En plus d’un diktat de ce qui est beau ou non c’est aussi une dépossession de nos corps, c’est là que l’on voit que c’est aussi politique. Il s’agit d’un contrôle des corps féminins , de nos corps noir-e-s. Cela montre une vision politique sur nos poils parce que, qu’on le veuille ou non, nos corps féminins noirs ont été les sujets d’une longue histoire d’oppression, de mutilation, de torture et de diktat derrière nous qui trouve son empreinte dans nos sociétés d’aujourd’hui. Nos poils sont aussi politiques que nos cheveux crépus et nos coiffures africaines et antillaises que le monde blanc refuse de voir. Mais qu’aussi bon nombre parmi nous refusons nous mêmes de voir. Se réapproprier un choix  en ce qui concerne nos poils c’est déjà faire un grand pas dans la réappropriation de nos corps. C’est politique puisque ça pose aussi la question de la discrimination au genre en chevauchant sur les questions de pression sociale, virilité, féminité, masculinité et de domination masculine.

 

 

 

 

Combien dépensez-vous par jour, semaine, mois ou année afin d’être parfaitement épiler et conforme à la société ? Vous pourriez économiser en vous épilant moins en espaçant les séances voire en les arrêtant (votre peau vous dira merci lol). Non, sérieusement ne remarquez-vous pas tous ces instituts esthétiques d’épilation et ces produits et accessoires épilatoires en magasins qui coûtent gros dans nos budgets ? Pensez-y et si vous réduisiez voc coûts côté épilation pour vous faire de l’argent pour voyager par exemple? Combien d’entre vous veulent retourner au pays? Faire un retour aux sources ou découvrir un nouveau pays, s’offrir des vraies vacances ou en offrir à un-e proche? C’est possible, avec l’argent économisé de l’épilation, vous pourrez avoir plus de sous pour vos loisirs (ou les factures de fin du mois).

 

 

En bref, ceci n’est pas une injonction pour cesser l’épilation mais plutôt tenter de fournir des axes de critiques afin de démontrer qu’il existe des enjeux du fait de prendre le contrôle de nos choix esthétiques en ce qui concerne les poils. Parce que non il n’y a pas que l’arrêt du défrisage, du lissage brésilien ou autre qui comporte des enjeux pour nous les afrodescendant-e-s noir-e-s. Mais bon je ne suis pas teubée, les corps féminins noirs ont des poils plus foncés, plus voyants et plus durs que la plupart des autres corps féminins racisés ou blancs donc laisser ses poils volontairement c’est aussi accepter le risque d’affronter au quotidien les offuscations, les critiques et les regards. Il faut se préparer mentalement et psychologiquement avant de le réaliser. Peut-être d’ailleurs que nombre d’entre vous ont été tenté-e-s et ne l’ont pas fait. Peut-être que nombre d’entre vous le font mais on honte de le montrer en public. Peut-être que nombre d’entre vous préfèrent une peau sans poils ou légèrement moins poilu que  la normale. En tout cas, le choix est votre. Mais sachez que les poils ce ne sont pas que des poils.

 

 

Je ne sais pas si les personnes non cis et non hétéro sont touché-e-s par ce syndrome oppressif mais petit conseil de copinage comme ça, que tout le monde peut appliquer : si ton chéri supporte pas tes poils, qu’il est la raison pour laquelle tu t’épiles, casses. #YOUKNOWYOUDESERVEBETTERSWEETIE 🙂

 

 

hairy_female_armpits_are_the_latest_instagram_sensation_640_01

(non c’est pas moi mais j’ai adoré la photo, btw toutes les photos ont été trouvées sur Google Image).

 

 

 

 

 

Kel Lam.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑